mercredi 4 décembre 2019

La lionne blanche de Henning Mankell

Il y a quelques mois une amie m'a fait découvrir les polars, et surtout elle m'a prêté la lionne blanche de Henning Mankell. Je l'ai lu il y a plusieurs mois déjà mais il reste dans ma mémoire. Je pourrais donc facilement lui donner le prix du meilleur livre que j'ai lu en 2019. Avec ce livre, j'ai retrouvé le plaisir de lire le soir régulièrement.

En effet, en plus d'être un polar qui se passe en Suède, pays que je rêve de découvrir, il aborde l'histoire de l'Afrique du Sud et surtout celles de boers et ce roman présente une vision de la société sud-africaine au moment de la libération de Nelson Mandela. Quand Nelson Mandela est devenu président de l'Afrique du Sud, je n'étais qu'une lycéenne et je n'avais aucune idée du racisme vécu dans ce pays et je ne connaissais rien à l'apartheid. 

La lionne Blanche, ce polar a ainsi pu me faire découvrir l'histoire de l'Afrique du Sud à la fin de l'apartheid. L'action se situe tantôt en Afrique du Sud, en 1991, dans un milieu politique où des sociétés secrètes cherchent à déstabiliser le gouvernement en organisant des attentats; tantôt en Suède, où le commissaire Wallander, personnage auxquelles le lecteur s'attache mêne l'enquête suite aux meurtres d'une jeune agent immobilier. Le suspens est intense, j'ai été pris dans l'histoire, et en quelques soirées, je l'ai dévoré.

J'ai également lu la cinquième femme de Henning Mankell, enquête toujours menée par le commissaire Kurt Wallander, que j'ai trouvé cependant moins haletant.

Je vous conseille donc de vous procurer quelques polars pour les longues soirées hivernales, et je vous recommande de les commander sur des sites d'occasion tel que la recyclivre si vous ne les trouvez pas à la bibliothèque.

mardi 3 décembre 2019

Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa


Roman de 2013 traduit du japonais par Myriam Dartois Ako publié chez Albin Michel

Ce roman se situe au Japon dans un quartier de Tokyo. Le personnage principal de cette histoire Sentarô est le gestionnaire d'une échoppe de Dorayaki, des pâtisseries japonaises à la pâte de haricots rouges. Cet homme, peu motivé par son travail, accepte d'embaucher une vieille femme Tokue, qui a un véritable savoir-faire dans la préparation de la pâte de haricots confits artisanale, et qui pourra l'aider à accroitre sa clientèle et l'aider à éponger ses dettes. Grâce à l'intervention de Tokue, la clientèle de l'échoppe va augmenter.C'est une rencontre entre deux êtres qui se ressemblent bien plus qu'ils le pensent. Mais la vieille femme a été atteinte dans sa jeunesse d'une maladie très grave qui lui a déformé les doigts. Le regard de la clientèle sur cette femme aura un impact sur l'affluence de la clientèle et la propriétaire de l'échoppe presse le gestionnaire de faire des modifications. Le gérant apprendra de cette vieille femme le savoir-faire artisanal, mais son histoire personnelle lui redonnera aussi le goût des projets et l'envie d 'écouter la nature. Un roman poignant et poétique.
Un joli moment de lecture passé avec ce roman. Il est poignant mais il est à la fois plein d'espoir. C'est une ode à la cuisine et à la vie.
Enfin, bien que je n'ai jamais goûté aux dorayaki; durant toute la lecture, j'ai eu envie de me mettre en cuisine pour apprendre à les confectionner.

mercredi 13 novembre 2019

Un long week-end à Amsterdam



Ce week-end de début d'octobre, nous sommes parties avec ma nièce de 21 ans et ma fille de 5 ans à Amsterdam : un week-end plutôt famille tourné sur des visites culturelles et des activités ludiques. Nous avons donc fait l'impasse sur les quartiers bobo où les boutiques vintages, les friperies et les bars sont nombreux.

J'ai pris mes billets de Thalys un mois et demi avant, et j'ai trouvé des tarifs abordables pour 3 personnes. Par contre, pour l'hôtel, les prix flambent ! J'ai opté pour l'hôtel Alexander à 180 euros la chambre triple par nuit. L'hôtel est situé à coté du quartier des musées, de la place Ledseiplein, et du park Voldenpark. Par contre, l'hôtel est à 40 mn à pied de la gare centrale d'Amsterdam.
Bien que le vélo soit le transport le plus adapté à Amsterdam, avec un enfant, nous avons privilégié la marche, avec plus de 20 000 pas par jour.


Rien de tel que la marche pour flâner le long des différents canaux, admirer la vue des différents ponts, l'architecture des petits immeubles du centre ville et des petits passages arborés ou fleuris. Amsterdam est une ville très agréable, avec de la végétation, des arbres. Néanmoins la météo n'était pas au rendez-vous, il pleuvait régulièrement, ce qui n'empêchait pas les cyclistes de rouler à travers toute la ville.


M'inspirant du blog de Doudou et stilettos, j'ai fait le choix d'une ballade d'une heure en bateau le long des canaux.

 J'ai réservé à l'avance nos entrées pour le musée Van Gogh qui propose un petit dépliant- jeu pour les enfants gratuitement.


J'ai également choisi d'emmener Madeleine au musée Nemo, musée de sciences qui malheureusement un dimanche après-midi est bondé. Ce musée est cher et bruyant. Les enfants font la queue pour faire les activités. Je suis sortie du musée fatiguée. Heureusement, nous avons profité d'un moment de calme sur la terrasse du quatrième étage, et nous avons terminé l'après-midi en faisant les expériences au Lab où le protocole de recherche est bien établi.

Dans le quartier des musées, nous avons beaucoup apprécié près du Rijksmuseum les statuts de Louise Bourgeois.

Heureusement que je parle anglais, car à Amsterdam, difficile de communiquer en français. Tous les menus sont en anglais ou en néerlandais.
En arrivant à midi, nos sacs à dos sur le dos, nous avons flâné, et choisi proche du marché aux fleurs de déguster des sandwichs et burgers chez CALF & BLOOM, chaine local. Le soir, nous avons opté pour une petite trattoria chaleureuse. La cuisine hollandaise n'étant pas réputée, nous avons fait le choix de la gastronomie internationale : thaïlandais, italien, américain. Nous avons néanmoins dégusté du fromage hollandais dans les nombreuses boutiques touristiques du centre-ville.

Notre plus belle découverte fut une boulangerie traditionnelle où nous avons pu savourer de vrais gaufres hollandaises, celle -ci était faite à la demande, il était ainsi possible de les déguster chaude avec le caramel fondant.

Et vous, qu'avez-vous le plus apprécié dans cette ville? Que recommandez-vous? N'hésitez pas à faire vos commentaires.

dimanche 22 septembre 2019

Automne: recueillons les graines

Depuis que j'ai l'encyclopédie Flammarion du potager et du jardin fruitier de Xavier Mathias et Denis Retournard, je prends de plus en plus d'initiatives dans le jardin. A cette période (août-septembre), je récolte mes graines. En jardinier amateur, j'ai détaché les graines de fleurs, les gousses et j'ai recueilli les pépins dans les fruits et les légumes pour les conserver tout l'hiver. Bien sûr, toutes les graines ne germeront pas l'année d'après, en effet certaine espèces de fleurs sont monoïques, il faudra donc avoir un représentant mâle ou femelle pour que la fécondation soit possible, et que la graine puisse donner une progéniture l'année suivante.

A partir du moment où les graines se détachent aisément ou que le fruit est à pleine maturité, je récolte les graines et les laisse sécher dans la maison. Ensuite, je les glisse dans des enveloppes pour les conserver. 
Cette année, j'ai récolté des graines de coriandres, de capucines, d'hibiscus, des gousses de glycines, des graines de tomates, de courgettes. Et du fait d'un échange de graines, j'ai récupéré des petits pois et des haricots.


jeudi 19 septembre 2019

La petite revue littéraire

Demain, c'est la fin de l'été, une période où les soirées sont plus longues et on prend plus le temps de lire. J'ai donc souhaité vous faire partager mes dernières lectures de l'été. Ce serait l'occasion de partager nos lectures, les vôtres et les miennes.

Je vais commencer à rebours, puisque je vais déjà vous présenter le livre que je viens de terminer "Charlotte" de David Foenkinos. Je l'ai lu en deux soirées. Je ne connaissais pas Charlotte Salomon, mais son histoire racontée par Foenkinos m'a émue. Toute la journée, sa tragédie revenait dans mon esprit. Je me suis attachée à ce personnage née en 1917. J'ai également eu envie de découvrir son oeuvre et coup de chance, je vais à Amsterdam prochainement, j'espère découvrir l’œuvre de cette peintre au musée d'art et d'histoire juive d'Amsterdam. J'ai apprécié l'écriture de Foenkinos et son style.

La seconde guerre mondiale est une période qui m'a toujours interpellée, et j'ai lu de nombreuses biographies de rescapés des camps de concentration. Je recommande la biographie de Simone Veil, "Une vie", ainsi que "l'amour après" de Marceline Loridan-Ivens. Le livre très documenté de Germaine Tillion "Ravensbruck" explique avec effroi les aspects économiques des camps, les enjeux politiques, les absurdités d'un système et la barbarie.
Il y a 2 ans j'avais lu avec passion le roman "le dernier des nôtres" d'Adélaîde de Clermont-Tonnerre, dont une partie se passe entre 1939 et 1945.

Dans un autre registre, j'ai lu avec plaisir cette été la délicatesse de David Foenkinos, et le premier tome de la trilogie d'Elena Ferante, l'amie prodigieuse. Je suis impatiente de lire la suite de cette trilogie.

Quand on a peu de temps pour lire, Pirate numéro 7 d'Elise Arfi, avocate à la cour se lit facilement et décrit avec réalisme le monde carcéral actuel: un portrait sans concessions de la justice.

De nombreuses personnes m'ayant recommandé Sylvain Tesson, j'ai plongé dans un été avec Homère qui m'a beaucoup plu au début, tous mes cours de collège-lycée sur la mythologie me sont revenus, cependant j'ai calé à la moitié et j'ai eu du mal à le terminer.

Cette année, je me suis pris une passion pour le polar, et je me suis réjouie de découvrir les aventures du commissaire Adamsberg, personne de Fred Vargas. J'ai aimé la poésie de cette romancière, et j'ai pris le temps de lire "L'homme aux cercles bleus", "Sous le vent de Neptune", "Dans les bois éternels","Quand sort la recluse". 

 Le roman inachevée de Frank Thilliez est un thriller haletant, néanmoins il m'a mis dans un état de détresse et d'anxiété pendant toute sa lecture. Un peu trop angoissant à mon goût.

Enfin, en terminant la lecture de "la petite fille sur la banquise" de Adélaîde Bon, j'ai eu envie de lui écrire pour la remercier pour son témoignage. Je pense qu'il pourra aider de nombreuses jeunes filles à se reconstruire après un viol. C'était la première fois que l'on m'expliquait comment fonctionnait la mémoire post-traumatique. J'ai été terriblement triste pour l'auteur en la lisant car nous étions passé dans le même collège-lycée et nous n'avions pas du tout perçu les situations de la même manière. 

Bonne lecture!


samedi 23 mars 2019

Le printemps: le temps des semis

Pour comprendre les saisons, et se nourrir des fruits et des légumes de saison, il est important d'enseigner aux enfants comment les végétaux poussent. Les enfants des villes ont déjà du mal à trier des graines, ils ont en effet du mal à croire à première vue que le petit pois qui sort de la boite de conserve est une graine. Apprenez les à faire germer des graines de lentilles, de courges ou un noyau d'avocat.

Et en ce temps de mars, pensez à faire des semis dans du terreau. Si vous avez gardé des graines de vos tomates ou de vos courges bio, vous pourrez les réutiliser pour faire des semis que vous pourrez offrir à ceux qui ont des jardins, et des terrasses verdoyantes autour de vous. Je vous conseille aussi d'acheter des graines sur le site de l'association kokopelli.

 Ici, mes enfants ont utilisés des boites d'oeufs pour faire des semis d’œillets d'Inde, de courges, de tomates, que nous avons disposés dans une mini-serre en plastique et nous avons utilisé des piques à brochettes pour noter les variétés. Ces semis ont quinze jours et les enfants sont ravis de découvrir des nouvelles pousses tous les jours. Dans quelques semaines, nous pourrons après les saintes glaces transvaser ces semis dans le jardin.

Ci-dessous, vous trouvez des plantes d'intérieur et du basilic, que nous pouvons utiliser dans nos salades. 


dimanche 17 mars 2019

Goûter zéro déchets

Quand vos enfants partent à l'école ou que vous même avez un petit creux, pour éviter les emballages qui encombrent les poubelles et qui ne pourront pas toujours été recyclés, cuisinez vous-même à partir des ingrédients de base: farine, beurre, sucre, oeufs, chocolat, yaourt, lait....


Profitez du dimanche en famille pour vous faire aider par des petites mains ravies de casser l’œuf ou de concasser le chocolat, et puis prenez le temps d'essayer des recettes avec des ingrédients inédits: sucre rapadura, sucre de coco, pâte de dattes, poudre de coco, poudre de noisettes... Vous pouvez aussi congeler vos préparations et les décongeler le matin.

Vos enfants peuvent emporter ces cookies ou gâteaux dans une boite à goûter lavable avec une gourde d'eau.